Partir plus tôt à la retraite : bonne ou mauvaise idée ?

Produits/services pour seniors

Prendre sa retraite tôt est le souhait de la plupart des salariés. Cependant, est-ce qu'arrêter plus tôt que prévu votre carrière professionnelle est réellement la bonne décision à prendre maintenant ? Voici des éléments de réponse complets sur le sujet.

Partir plus tôt à la retraite


Quel est l'âge légal du départ à la retraite ?

L'âge légal fixé pour partir en retraite varie selon les pays. Deux paramètres principaux sont pris en compte pour le déterminer. Il s'agit de l'année de naissance de l'intéressé et son régime de travail. En France, il existe 2 âges légaux de départ à la retraite à savoir :

  • A partir de 62 ans pour les personnes nées à partir du 1er janvier 1955, remplissant plusieurs critères ;
  • 67 ans (âge du taux maximum automatique) ;

En ce qui concerne le régime, il varie selon que vous soyez un salarié ou non-salarié du secteur privé, un fonctionnaire de la fonction publique et un professionnel sous un régime spécial. De fait, l'âge à la retraite dépend des spécificités de chaque régime.

Que faut-il vérifier avant de prendre sa retraite ?

Le départ à la retraite marque l'épilogue d'une carrière professionnelle. C'est une étape de vie qui peut être vraiment bouleversante. Par conséquent, il est impératif d'y penser sérieusement pour éviter les désagréments, surtout lorsqu'on décide de l'avancer. Voici trois choses que vous devez absolument effectuer pour réussir ce virage :

  • Créer votre compte retraité ;
  • Estimer votre date à taux plein ;
  • Chiffrer votre future pension de retraite.

Retraite anticipée : votre compte retraite est-il déjà créé ?

Si vous envisagez d'arrêter votre carrière, la première chose à faire est d'ouvrir un compte retraite personnel. En cette occasion, vous serez informé des modalités liées à la concrétisation de la procédure. Vous découvrirez notamment vos droits et les régimes auxquels vous êtes éligibles.

Les formalités de création du compte s'effectuent sur le site officiel de l'assurance retraite ou sur Ameli. Plusieurs documents doivent être fournis pour compléter la procédure, notamment un justificatif d'État civil, un RIB, une copie du dernier avis d'imposition sur le revenu…

Estimez la date de taux plein

Lorsqu'on décide d'anticiper sa retraite, on est toujours confronté à une épineuse question : aurai-je droit à la totalité de mes cotisations ?

Pour répondre à cette question, vérifiez l'âge auquel vous atteignez votre taux plein. Cette donnée est fonction de deux facteurs principaux : l'année de naissance et l'âge de début de votre carrière professionnelle. Si vous êtes né en 1960 par exemple, vous devez justifier de 167 trimestres de travail.

Il est très important de connaître avec précision le nombre de trimestres ou d'années de cotisation qu'il vous manque. Cela vous permettra de juger de la pertinence ou non d'arrêter de travailler.

Chiffrez votre future pension de retraite

Le compte de retraite personnel donne accès à un indicateur décisif : le montant estimatif de votre future pension. À combien s'élève votre retraite de base ? Ce montant représente les 50 % de votre salaire moyen. Ce dernier est calculé sur la base de vos 25 années professionnelles les plus prolifiques.

Que vous optiez pour une retraite anticipée ou pas, vous devez estimer votre date de taux plein et votre future pension pour éviter toute surprise. Ce sont des indicateurs qui vous permettent d'ajuster la date de votre départ à la retraite et de juger s'il est opportun ou non d'avancer l'arrêt de votre carrière professionnelle.

Existe-t-il des cas d'exception pour partir plus tôt à la retraite ?

En dépit de l'aspect de la valeur de votre pension et des mesures de préparation à la retraite, plusieurs circonstances particulières peuvent entraîner le départ plus tôt que prévu. Parmi celles-ci, nous pouvons citer :

  • La retraite anticipée pour « carrière longue » ;
  • La retraite anticipée pour handicap ou amiante ;
  • La retraite anticipée pour les agents des « régimes spéciaux » ;
  • La retraite anticipée pour les fonctionnaires « actifs »
  • La retraite anticipée pour pénibilité.

Comment ne pas perdre son pouvoir d'achat ?

Les pensions dont vous bénéficiez après la retraite sont fixées dès le départ. L'inflation, si elle est très élevée, peut radicalement diminuer la valeur de ce montant. Heureusement, il existe plusieurs solutions pour ne pas perdre son pouvoir d'achat pendant la retraite.

L'une des solutions est le rachat des trimestres. Très pratique lorsque vous avez des trimestres en moins, cette opération vous protège des éventuelles décotes sur votre pension de retraite. Vous avez la possibilité de racheter au maximum 12 trimestres pour les années incomplètes. L'opération peut être financée par vos épargnes personnelles ou votre salaire.

Une autre façon de maintenir votre pouvoir d'achat consiste à planifier des retraits programmés d'assurance-vie. En optant pour ce type d'assurance-vie, vous récupérez périodiquement une portion de votre épargne. Ce montant régulièrement viré sur votre compte peut vraiment vous soulager et vous aider à mieux faire face aux imprévus. L'idée vous tente ? Si oui, rapprochez-vous de votre banquier ou d'un assureur pour trouver les solutions adaptées.

Décider d'anticiper sa retraite ne se fait pas sur un coup de tête. Pour être sûr que vous prenez la bonne décision, pensez à vérifier le nombre de cotisations qu'il vous reste et la valeur de votre pension en l'état. Vous pouvez également effectuer certaines opérations, notamment le rachat de trimestres pour limiter les risques de baisse de votre pouvoir d'achat.

Vous pouvez également décider de continuer à travailler à la retraite à temps partiel via le cumul emploi retraite.